Série S

Depuis la session 1995, le baccalauréat général est organisé en séries économique et sociale (ES) et littéraire (L) et scientifique (S). Chaque série est organisée autour d’un noyau cohérent de disciplines dominantes dans le cadre d’une formation générale. Le baccalauréat général vise la poursuite d’études supérieures longues.
Après la classe de seconde, qui donne une culture commune à tous les élèves et leur permet de tester leurs goûts et leurs aptitudes, le cycle terminal de la voie générale organise une spécialisation progressive des études :
●La classe de première introduit des enseignements spécifiques tout en maintenant un bloc d’enseignements communs important. Elle devient une étape-clé pour amorcer un choix d’orientation.
●La classe de terminale renforce la spécialisation dans la perspective d’études supérieures.
●Cette nouvelle organisation des enseignements permet des réorientations d’une série à l’autre. Les élèves peuvent suivre des stages passerelles pour effectuer une remise à niveau dans les disciplines spécifiques de la série vers laquelle ils souhaitent se diriger.
Quelque soit la série choisie, les exigences des séries générales sont les mêmes : Sérieux et implication totale dans son travail, rigueur intellectuelle, organisation, travail approfondi et régulier. La nature même de ces séries, qui destinent les élèves à des études longues, doivent pousser les élèves à se dépasser dans leur approche des problèmes, des abstractions et dans l’exploitation maximum de leurs capacités.

Un enseignement commun à toutes les séries générales

Les enseignements communs ont un même horaire et un même programme dans toutes les séries générales.
En première, les enseignements communs représentent 60% du total des enseignements soit 15 heures sur un horaire hebdomadaire total de 26,5 à 28 heures selon les séries :
français ;
histoire-géographie ;
langues vivantes 1 et 2 ;
éducation physique et sportive ;
éducation civique juridique et sociale.
Dans les trois séries générales, des TPE (travaux personnels encadrés) favorisent des croisements entre les disciplines majeures de chaque série et une préparation aux méthodes et aux exigences de l’enseignement supérieur.
En terminale, les enseignements communs représentent 30% du total des enseignements soit 6,5 heures sur un horaire hebdomadaire total de 27 à 28 heures selon les séries :
langues vivantes 1 et 2 ;
éducation physique et sportive ;
éducation civique juridique et sociale.

Les + de la Compa

●Des rendez-vous individuels avec chaque famille.

●Des rencontres parents-professeurs

●Des réunions régulières des professeurs pour les mises au point nécessaires

●Devoirs sur table de type « Bac » et « Bac blanc »

●6 relevés de notes par an

●Possibilité de suivi de l’élève par ses parents par École Directe

●La Compa place l’élève au cœur de son projet.

Spécificités de la série S

Le bac. S. est destiné à ceux qui sont passionnés des sciences. Il vise à développer une culture scientifique fondée à la fois sur des connaissances et sur une démarche expérimentale.
Qualités requises :
Savoir observer, démontrer et exposer clairement un raisonnement.
Le sens de l’abstraction
Savoir rédiger
Curiosité intellectuelle
Les enseignements spécifiques sont : Philosophie (Tem), Mathématiques, Physique-Chimie, Science et Vie de la Terre, et une spécialité (Tem) à choisir entre Physique-Chimie, SVT ou Mathématiques.

Poursuites d’études

Les filières générales ont pour but la poursuite d’études longues. Elles ouvrent donc un grands choix de formation spécifiques à chaque série. Le choix est compliqué et doit prendre le temps de la réflexion. Depuis quelques années, le ministère de l’Éducation Nationale a mis à la disposition des élèves l’application Admission Post-Bac qui est à la fois le moyen de s’inscrire dans une formation supérieure mais aussi un outil d’aide à la décision et à la recherche de cette formation.

À la rentrée 2014, la quasi-totalité des nouveaux bacheliers S se sont inscrits dans l’enseignement supérieur, majoritairement en licence puis en classe prépa, Viennent ensuite les écoles postbac et les filières courtes. Voici leur répartition.

UNIVERSITÉS : 64,90%
– Santé – PACES     (1re année commune au études de santé) : 20,80%
– Sciences fondamentales et applications : 7,70%
– AES, droit, économie : 5,80%
– Pluri-sciences : 4,80%
– Sciences de la vie, de la Terre et de l’univers : 4,60%
– Sports – STAPS : 3,80%
– IUT production : 7,70%
– IUT services : 3,90%
STS (SECTIONS DE TECHNICIENS SUPÉRIEURS) : 5,80%
– STS production : 2,90%
– STS services : 2,90%
CPGE    (CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES) : 18,30%
– CPGE sciences : 14,60%
– CPGE économiques : 2,60%
AUTRES FORMATIONS : 12,60%
– Écoiles d’ingénieurs non universitaires : 5,20%
– Écoles de commerce, vente, comptabilité : 1,80%
– Écoles paramédicales : 1,10%
– Autres écoles et formations diverses : 4,50%

Source : MENESR-DGESIP-DGRI-SIES 2015.