Historique du lycée

Maurice GARRIGOU : Fondateur des Soeurs de Notre-Dame de la Compassion à Toulouse

Un témoin de la COMPASSION de DIEU pour l’homme

Maurice GARRIGOU est né le 21 septembre 1766 dans les Pyrénées ariégeoises à Gudanes dans le Comté de Foix. En 1767, son père s’établit à Toulouse pour développer un florissant commerce de fer. Maurice grandit dans une ambiance aisée et protégée, où il reçoit une solide instruction. Il n’a que dix ans quand sa mère meurt ; son père veillera désormais seul avec courage et tendresse sur l’éducation de ses enfants.

A 18 ans, après de brillantes études à l’université, le jeune Maurice décide de devenir prêtre. Il est ordonné en 1790, pendant la Révolution Française. Il risque sa vie en exerçant le ministère comme prêtre clandestin durant la période de la Terreur.

Au cours de ses longues journées de solitude vécues dans la clandestinité, il médite la Passion de Jésus, l’homme-Dieu souffrant et méprisé, soutenu par sa Mère, Marie, Mère de Compassion. Tout son chemin missionnaire en sera profondément marqué.

Il entraînera dans son dynamisme apostolique non seulement des membres du clergé et des religieuses, mais aussi des laïcs pour lesquels il fondera plusieurs associations. La Compassion, à l’image de Jésus qui a donné sa vie pour le salut du monde, sera désormais l’affaire de tous.

En 1817, il fonde à Toulouse, l’Institut des Sœurs de Notre-Dame de la Compassion pour pérenniser cette  mission et travailler « à l’éducation chrétienne de la jeunesse et aux soulagement des pauvres par tous les moyens possibles.

Il a le souci de la formation des prêtres et en 1824, il fonde un foyer pour les séminaristes du diocèse de Toulouse.

Il meurt le 27 septembre 1852 à l’âge de 86 ans.

Aujourd’hui, la communauté est implantée au sein de sept pays : treize communautés situées en France, 25 en Espagne, six en Argentine, deux en Colombie, huit au Pérou, deux au Venezuela et trois au Cameroun.

La Maison Mère est établie au 2 rue Deville, à Toulouse

La Compassion à Marmande

1874 :  Mère GUIBRET, de la congrégation des sœurs de Notre-Dame de la Compassion de Toulouse vient fonder à Marmande le couvent de la Compassion et le Pensionnat de jeunes filles

1904 :  Le Pensionnat doit être fermé, lors de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

1918 – 1944 : Le couvent accueille des personnes âgées.

1947 :  La Compassion va reprendre sa mission d’éducation de la jeunesse et ouvre l’Institution Notre Dame de la Compassion.

1951 :   Aux classes d’Enseignement Général s’ajoutent un Cours Ménager Rural et un Cours Technique.

1967 :  L’école Notre Dame de la Compassion est sous contrat d’association avec l’Etat et devient un établissement mixte d’Enseignement Général et d’Enseignement Technique court.

1971 : Ouverture du Lycée d’Enseignement Technologique

DSC_1119

La Compassion à Marmande aujourd’hui

-Un lycée d’enseignement général avec les séries L (littérature), ES (économique et social) et S (scientifique)

-Un lycée technologique avec les séries STMG (Sciences et technologies du management et de la gestion) et ST2S (Sciences et technologies de la santé et du social)

-Un lycée professionnel avec 3 filières : Services à la personne ; Tertiaire administratif et Logistique. 3 baccalauréats professionnels et 3 CAP.

Les sœurs de Notre Dame de la Compassion : fondatrices de l’établissement : elles en exercent la tutelle.

Depuis 2012, les sœurs de Notre Dame de la Compassion ont créé l’O.I.T.E.C. (Organisme International de Tutelle des Établissements Compassionistes) qui a la charge de fédérer, développer et animer le réseau des établissements relevant du charisme de la Compassion, en lien avec les directions diocésaines. Sœur Bernadette Berny, supérieur générale de la congrégation, en a confié la supervision à M. Ducrocq, président délégué chargé de son animation.

La direction : assurée par M.Olivier Bouissou et ses adjoints Mme Aude Coussy (Lycée professionnel) et M. Jean-Louis Gondicart (Lycée général et technologique)

L’organisme de gestion Notre Dame de la Compassion (O.G.E.C.) : association qui assume la gestion financière de l’établissement en étroite collaboration avec la direction. L’O.G.E.C. étudie et programme les réparations, les améliorations matérielles nécessaires pour un enseignement efficace et adapté.

Les ressources de l’établissement sont de deux ordres : le forfait versé par l’Etat et la Région sert au fonctionnement et aux dépenses liées au contrat d’association. Les contributions familiales couvrent les dépenses de gros entretien des locaux, de la restauration, de l’hébergement et les dépenses liées au caractère propre de l’établissement (animation pastorale, organisation pédagogique spécifique, solidarité du réseau Enseignement Catholique).

Les enseignants et le personnel :

-La responsable de l’animation chrétienne

-La Vie Scolaire : la coordinatrice de vie scolaire et les surveillants

-55 enseignants et 2 documentalistes

-Une responsable de l’internat et les maîtres d’internat

-Le personnel des services administratif et de l’entretien

Tous s’attachent à favoriser un climat où les jeunes sont connus personnellement et estimés pour eux-mêmes.

L’Association des Parents de l’Enseignement Libre (A.P.E.L.) : Le lien parents-éducateurs pour favoriser une meilleure éducation des jeunes et soutien des projets réalisés par l’établissement. Elle recrute toutes les bonnes volontés. Actuellement, l’association n’est pas représentée.